Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on Avr 3, 2018 in Actualités |

Le guide de haute montagne et le médecin urgentiste Emmanuel Cauchy Surnommé «Docteur Vertical» est mort dans une avalanche.

Emmanuel Cauchy Surnommé «Docteur Vertical»

Emmanuel Cauchy Surnommé «Docteur Vertical»

Agé de 58 ans, le Dr Cauchy faisait partie d’un groupe de randonneurs à ski hors-piste emporté dans la matinée par une avalanche et a trouvé la mort lundi à Chamonix dans une avalanche dans le massif des Aiguilles rouges. «Au moins trois autres personnes ont été blessées sans que leur pronostic vital soit engagé», a précisé le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix. «Les blessés ont été évacués à l’hôpital de Sallanches» (Haute-Savoie), précise la même source. Sept secouristes du PGHM de Chamonix, une équipe cynophile et un hélicoptère ont participé aux secours.

Créateur de l’Institut de formation et de recherche en médecine de haute montagne (IFREMMONT), le Dr Cauchy avait participé en janvier au sauvetage hors normes de l’alpiniste Elisabeth Revol en assurant le télésuivi de la prise en charge de la jeune Drômoise en perdition à 6 000 mètres d’altitude dans l’Himalaya. Son compagnon de cordée polonais Tomasz Machiewisz n’avait pu être sauvé. «Quelle tristesse extrême ! Les mots me manquent (…). Encore un grand homme que la montagne nous prend», a réagi depuis le Népal, Ludovic Giambiasi, routeur d’Elisabeth Revol pour sa dernière expédition.

Né le 21 février 1960 au Petit-Quevilly (Seine-Maritime), Emmanuel Cauchy, spécialiste des pathologies de l’altitude et du froid avait aussi créé la société de télémédecine en montagne Altidoc. Ce Normand passionné des sommets, qui avait fait ses premières armes sur l’Everest au début des années 1990 et participé à de nombreuses expéditions à fois sportives et scientifiques, avait publié plusieurs livres dont «Docteur Vertical: mille et un secours en montagne», en 2005.

Météo-France avait mis en garde dès samedi contre un important risque d’avalanche dans des Alpes pour le week-end de Pâques, en raison de la fragilité du manteau neigeux, très épais pour la saison et rendu friable en surface par des vents soutenus